Vous êtes ici

Pêche à la Sole (Pêcheur en mer)

Mois de mars, 3 heures du matin sur un ponton de La Cotinière, l’équipage du Majoub arrive et embarque sur le bateau : moteur en marche, les amarres sont larguées sans un mot inutile et dès la jetée du port franchie, les deux matelots vont se coucher. Lionel, le patron, s’installe au poste de pilotage et prend la veille pour les deux heures de route vers le site où ils ont mouillé quatre filets la veille.

 

Leurs positions, dans l’ouest au large du pertuis d’Antioche, sont parfaitement localisées avec le GPS et apparaissent sur l’écran du PC du bateau.
Lorsque la première bouée surgit dans la nuit, les matelots sont déjà à poste pour la saisir et commencer à relever le premier filet avec le treuil hydraulique placé sur l’avant du bordé tribord. Remonté petit à petit, le filet d’environ 2 000 mètres de long, court dans une gouttière et est délesté de ses prises par les trois hommes.

Un travail long et délicat : il faut d’abord démêler les quelques araignées prises dans les fines mailles de nylon, ensuite extraire sans les abîmer les soles puis les bars également présents en abondance. Pour un seul filet il faut un peu plus d’une heure, nettoyage et remise à l’eau compris, et il y en a quatre.

Ensuite, l’équipage profite des deux heures de route du retour pour nettoyer, calibrer, trier et mettre en caisse les poissons : dès l’arrivée au port, ils seront débarqués et mis en vente à la séance de 15 heures de la criée de La Cotinière. La pêche a été bonne, tout s’est bien passé le patron peut souffler, installé au poste de barre, il écoute les messages des autres pêcheurs sur la radio VHF et parle un peu de son métier :

« la pêche a été bonne, ça rattrape le mois de février qui a été très mauvais à cause du mauvais temps. J’espère que les cours à la criée seront bons ».

Interrogé sur l’avenir de son métier, sa réponse est sans appel:

« mes enfants pourront prendre la relève, la ressource locale est suffisante si nous prenons soin de continuer à la préserver. Il y a bien sûr de plus en plus de contraintes administratives et sanitaires mais le métier reste viable ».

Le fileyeur

Construit en polyester à Arcachon il y a 25 ans, le Majoub est un bateau de 12 mètres qui sort à la journée entre deux marées.

Propulsé par un moteur diesel, il est équipé d’un treuil hydraulique pour remonter les filets et son pont arrière est couvert pour un meilleur confort de travail.
Les filets en nylon très fin sont longs de 2 000 mètres environ. Lestés à leur base et équipés de flotteurs en haut, ils restent verticaux dans le courant et captent les poissons de passage, deux bouées avec fanions de couleur permettent de les identifier facilement à la surface.

Dans le bateau, le poste de barre est simple mais équipé de toutes les aides à la navigation : sondeur, GPS, traceur de cartes et ordinateur pour localiser et garder en mémoire tous les emplacements des filets.

Il y a aussi deux radio VHF fixes et une portable. Le confort est rudimentaire mais suffisant pour un bateau qui navigue à la journée : un siège de barre, une banquette pour l’équipage, une cafetière et un petit réchaud ainsi que deux couchettes dans le poste avant.
A bord, la sécurité est prise en compte sérieusement et tout le monde travaille sur le pont équipé de gilets de sauvetage gonflables.

Découvrez les 4 espaces côtiers

Découvrez d'autres métiers de l'espace Port

Activités portuaires de l'Atelier des Gens de Mer

Voir le métier

Ostréiculteur - Commercialisation

Voir le métier

Pêcheur en mer - Le Bar de ligne

Voir le métier

Poissonnier

Voir le métier
txt alternatif
txt alternatif
txt alternatif
txt alternatif
txt alternatif
txt alternatif
txt alternatif
txt alternatif
Portage administratif du projet par l’Office de Tourisme de l’île d’Oléron et du bassin de Marennes. Projet financé par le programme Axe 4 du Fonds Européen pour la Pêche, le Pays Marennes Oléron, la Région Poitou-Charentes, le Port de la Cotinière et le Comité Régional de la Conchyliculture Poitou-Charentes. L’Europe s’Engage en France avec le Fonds Européen pour la Pêche.